Carnaval judiciaire
"Accident"
Carnaval judiciaire
à qui la faute ?...
Affaires à connaître
Une "République"!
Doc. 1 / non-lieu
Doc. 2 / lettre juge
Verres actualisants
 
Déroulement

- J'ai signalé plusieurs faits extrêmement graves me concernant (dont l'"accident") au procureur de la République (Mont de Marsan). Courrier du 21 Juillet 94.
>> Pas de réponse.

- Le 17 Mai 95, j'ai porté plainte avec constitution de partie civile, auprès du doyen des juges d'instruction pour :
1) Tentative d'assassinat.
2) Corruption de gendarmes ayant entraîné de graves préjudices (multiples abus de pouvoir, campagne de dénigrement, etc.; plusieurs gendarmes, dont le chef de brigade, avaient des relations privées avec mes adversaires.)
3) Procès illégitime, motif mensonger, étayé par des faux, multiples manoeuvres délictueuses.

[La forme n'était pas très juridique, mais sans équivoque; l'erreur d'interprétation -par des professionnels- dénoterait une incompétence flagrante.]

Le procès :
[Il s'agit d'un référé. Un référé est motivé par l'urgence, il prive d'un jugement sur le fond. Le motif d'urgence était faux : 9 ans après, les choses sont toujours en l'état... Et ce n'est que le moindre des mensonges. Sujet de base : j'aurais "barré un ruisseau drainant des eaux fluviales".... qui n'existe pas et n'a jamais existé !]

>> 1ère instance : trompé par mon avocat (bâtonnier) qui m'a conseillé de ne pas me présenter à l'audience, disant qu'il "s'en occupait" (en fait, il était complice de mes adversaires).

- Je suis allé en appel pour dénoncer ces bases fausses, preuves à l'appui, et cette tromperie.
>> Mon second avocat (vendu aussi) ne s'est pas présenté à l'audience (en appel civil, pas d'avocat : pas de parole), il m'a donc été impossible de faire valoir mes arguments dans ce procès. C'est pourtant contraire aux "droits de l'homme", selon l'art. 10 de la déclaration de 1948 (Nations Unies).
>> Ils ont ENTERINE une astreinte (ce qui, dans l'absolu, est déjà une absurdité) de 500f/jour, qui court encore aujourd'hui. A cela se rajoute le cumul d'intérêts depuis 94, ce qui représente un "chèque en blanc" au profit de mes adversaires.
Une telle décision est un acte CRIMINEL qui a rendu le conflit dangereux au lieu de le résoudre.

Les plaintes :
>> Le juge d'instruction a attendu 2 ANS avant d'"ouvrir une information" et... non-lieu. Pour "justifier" ce délai, lettre personnelle d'explication du juge (1 page 1/2) : "certains documents utiles se trouvaient, pour cause de travaux, dans un autre TGI".

- J'ai fait appel de ces non-lieu devant la chambre d'accusation de la cour d'appel de Pau.
A l'audience, au lieu d'être neutres, les magistrats ont tenu le rôle de partie adverse.

>> Les noms ont disparu des textes, les qualifications ont été changées ("Contre X pour tentative d'assassinat" est devenue "Contre X pour faux témoignage" (autre absurdité), les plaintes ont été vidées de leur substance.... et tout cela sans argument (ni contre-argument) probant.... et "légalement".

>> En "prime" : 4000F d'amende pour m'être permis de porter plainte !

- Action menée au NOM du PEUPLE.....
On devrait donc se plier aux caprices des "dieux" et ne pas en faire un fromage.

- Il est plus que temps d'assainir la crèmerie..... Sans protection, les mafias locales s'éradiqueraient d'elles-mêmes.
La fonction de magistrat est bien plus dangereuse qu'une arme à feu, il faut en interdire l'accès aux membres de communautés, confréries et autres sectes.
Il est d'ailleurs spécifié que les magistrats doivent être INDEPENDANTS (donc sans appartenance).

''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''
Je ne regrette qu'une chose : avoir respecté les règles, alors que ceux qui ont charge de les faire respecter les piétinent; avoir fait confiance à cette volée de misérables enrobés au lieu de régler le problème par mes propres moyens, dès le début.

Ces échappés de la boîte de Pandore mènent la société au chaos, aux règlements de comptes à la western.
''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''
## Explications relatives aux documents joints ##

[Les noms de lieux précis ont été effacés, il est possible de les obtenir sur simple demande.]


- Doc. 2/ "lettre juge" - (page 7)

>> 95 / 97..... deux ans au placard !
Les plaintes datent du 17 (reçues le 19) Mai 95.
>>Le procès (objet de l'une d'elles) a débuté en 94..... où sont les 3 ans de la prescription ?

Ce qui a été convenu chez le juge, c'est la prescription de la quasi-totalité des abus de pouvoir de la part des gendarmes. (Le dernier ne l'était pas. Quand j'ai précisé ce fait, le juge : "j'ai perdu assez de temps avec cette affaire..."... et a prétendu que je l'insultais en refusant de lui serrer la main.)
[Gendarmes corrompus par les Jaruzelski.]

Le juge a requalifiée la plainte : "contre X pour faux témoignage"...........
S'il y a témoignage (sauf lettre anonyme), on connaît forcément l'auteur.....

Le "procès au tribunal de Sabre" dont parle le juge, c'est le jugement du conducteur de la "504" pour infractions au code de la route..... Je m'y suis porté partie civile pour obtenir dédommagement.


- Doc. 1 / "non-lieu" - (page 6)

Le juge a tout mélangé.
En fait, la plainte pour mensonges, faux, tromperie, donc manoeuvres délictueuses, était contre Jaruzelski (François, pas Francis) et contre X (X représentant les acteurs judiciaires véreux). Procès datant de 94, les faits n'étaient donc pas prescrits en 95.

"...faux témoignage..." : déduction du juge.

"...procédure classée après jugement..." : tribunal de police de Sabre, infractions au code de la route.

"...accident qui selon la partie civile aurait été provoqué."......
Un accident volontairement provoqué, ça ne ressemble pas à un faux témoignage....

Il faut reconnaître que dans l'hypothèse de l'attentat, le conducteur de la "504" aurait menti.... Mais si la plainte avait été dirigée contre lui, elle n'aurait pas pu être contre X.
J'ai porté plainte contre X parce que le conducteur a été utilisé, il est aussi victime.

Le juge a complaisamment fait abstraction du contexte général.
''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''
Entre autres activités des Jaruzelski :

- Dévalisation des comptes postaux de personnes âgées (affaire officielle, agence postale, 88 / 89).
- Co-auteur de l'agression du 15 Avril 97 : carambolage volontaire de voitures, coups et blessures volontaires (barre de fer), le tout sur la voie publique (embuscade centre village) et de nuit (23h 30); le second agresseur était le beau-frère du maire actuel (2003). Affaire totalement maquillée avec la complicité des gendarmes. (Signalé à la préfecture, aux ministères, etc.)


Alain VIALETTE
AUX 4 VENTS 1